Néo Gaïa

Un forum de jeu de rôle post apocalyptique dans une France transformée
 
AccueilAdministrationFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Faune naturelle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gaëlyr Alpharyon
Seigneur génoman
avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 05/03/2014

MessageSujet: Faune naturelle   17/5/2014, 23:57

Avertissement : ne sont listés ici que les plus importants des animaux naturelles n'ayant pas mutés à cause de la main humaine (rejets radioactifs artificiels ou virus mutagènes), un membre peut faire évoluer cette section en proposant par MP une nouvelle espèce.

Terrestre :

Carnivore :

Mammifère :

Chat sauvage :

Ces créatures, les plus petits des félins sauvages, sont bien plus redoutables qu'elles n'y paraissent. Rusé à l'extrème et d'une grande agilité, ces chats hauts d'une cinquantaine, voir d'une soixantaine de centimètres, sont des adversaires redoutables lorsqu'il s'agit d'une famille, et constitus des gènes importantes même lorsqu'ils sont seuls.

Loup commun :

Le loup commun est le descendant direct des loups de l'époque d'avant le cataclysme. Avec ses un mètre au garrôt et son cuir peu épais, il n'est pas à proprement parlé ''au sommet de la chaine alimentaire'', mais attention, si un loup isolé n'est que peu dangereux, ils le sont rarement et se déplacent le plus souvent en meutes de dizaines d'individus qui peuvent constituer un vrai danger.

Chat du septentrion :

Dans le nord, ces félins domestiques ont étés soumis à de rudes conditions, une fois le grand cataclysme survenu, ainsi, ils ont développés d'impressionantes ressources. Généralement à peine plus petits que des loups, ils se montrent bien plus redoutables individuellement, mais ne sont globalement pas plus dangereux en raison du faible nombre de chats de cette race. Pour autant, il ne faut pas les sous estimer, nombre de chevaliers novices et de Techno-Gardes imprudents ont étés déchiquetés par de telles bêtes, leurs armures ouvertes aux articulations.

Loup géant :

Si son cousin commun n'est que du menu fretin, en comparaison à bon nombre d'espèces de Néo-Gaïa, ce n'est pas le cas du Loup Géant. Cet animal, mesurant de un mètre cinquante à deux mètres au garrôt, a le corp couvert d'un cuir épais de plusieurs centimètres et l'échine revêtue de plaques osseuses sous cutanés lui faisant une armure quasi intransperçable, même avec les meilleurs lames. C'est la raison pour laquelle leurs assaillants essayent de les renverser ou d'atteindre leur ventre d'une quelconque façon. Mais ce n'est pas leur seul protections, ils ont également, en plus de cette cuirasse, une bave venimeuse entrainant une anesthésie à l'endroit de la morsure, voir la gangrène, dans le pire des cas.
Un article est consacrée à leurs mâles alphas dans la section "écosystème artificielle".

Hyène :

Animaux trapus et musculeux aux mâchoires puissantes, les hyènes errent en meutes dans les terres du Sud, au nord du Volcan qui en occupe le centre.
Ces prédateurs venus d'Afrique et libérés des parcs animaliers lors du cataclysme s'étaient parfaitement adapté à leur nouvel environnement et se montrait de redoutables adversaires, capables de broyer de l'acier épais de trois millimètres. Bien plus dangereuse en fait que les loups communs.
Elles s'attaquent principalement aux petites salamandres qui occupent la région mais aussi aux cerfs dorés et même aux loups qui viendraient an s'egarer sur leur territoire.

Ours des cavernes :

À l'instar de l'antique animal du même nom, l’ours des cavernes est un plantigrade que l'on retrouve dans les grottes, le plus souvent dans les montagnes et les régions de forts reliefs. D'une taille bien plus imposante que les ours que l'on peut encore trouver en Bretagne, leur régime alimentaire varié et leur dangerosité naturelle leur ont permis de se stabiliser sous leur forme actuelle : dans les trois mètres et demi, le cuir épais, des griffes tranchantes et des canines grandes comme le majeur et plus épaisses que le pouce.
Néanmoins, ils sont tout au fait naturels, contrairement aux ours géants.


Reptiles :

Salamandre :

Ces lézards incandescants, du fait des températures qu'ils côtoient, habitent surtout le Sud de la France, là où les missiles stratégiques istréens ont fait remonté la lave des profondeurs de la terre.
Leur taille est variable, de cinq centimètres à cinq mètres, quoique certains errants impériaux et marchombres bretons aient déclarés en avoir vu d'une dizaine de mètres au plus près des plus hautes sources de laves des volcans.
Ces animaux ont développé, en raison de leur habitat naturel, une exceptionelle résistance au feu, et de fait, aux piques et aux lames. Leurs écailles sont parmis les matières les plus prisées et les plus rares de toute la Bretagne et plus encore de l'Empire parisii.
Ignifuges, solides et légères, elles sont utilisées dans la confection des armures des très riches guerriers et des généraux ou colonels méritants de l'armée impériale. Ils ont de plus des griffes exceptionellement longues, plus de une dizaine de centimètres, faites pour percer la croute friable et incandescentes des pentes volcaniques. Les piques qui couvrent leur échines ne sont pas moins longues et moins tranchantes. Les érudits soupconnent qu'elles jouent un rôle defensif, à la manière de ceux

Varans :

Ont les retrouves dans les îles bretonnes et sur les côtes sud de l'Atlantique.
Ces reptiles ont su s'accomoder au climat froid de ces régions et sont maintenant parfaitement intégrés à son écosystème. Ils ne représentent pas une menace pour ceux qui ne viennent pas les déranger, se contentant de manger mouettes et petits mammifères tels que des rongeurs. Cependant, les habitants de ces endroits ont appris au s'en méfier en raison de leurs morsures souvent vectrices d'infections.

Herbivore

Insecte :

Krilks sauvages :

Insectes géant de couleur bleu, les krilks sont un ensemble d'espèces, généralement de nature paisible, voir craintive, mais, comme beaucoup d'insectes, redoutables au combat.
Leur épaisse chitine les protège de la plupart des attaques, il est préférables de viser les pattes, plus fines, presque frêles. Certaines espèces de plusieurs mètres de hauts possèdent d'ailleurs des pattes exceptionnellement fines et grandes.
Leurs ailes ne leurs permettent généralement pas de voler et ont, dans bien des cas, fusionnées avec leur torse pour ne pas constituer un point faible. Il est conseillé aux guerriers de repérer l'espace séparant les ailes du reste du corps car ils auront là une cible toute désignée pour les achever si nécessaire.
Les geno-clans du Nord en utilisent comme monture.

On distingue les Krilks sociaux (à l'instar des anciennes fourmis et termites) des Krilks solitaires.
Ces derniers sont généralement plus grands et moins diversifiés au sein d'une même espèce.

Leur taille varie de 1 mètre de hauteur à plus de quatre mètres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neo-gaia.forumactif.fr
 
Faune naturelle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Catastrophe naturelle en perspective a Petion-Ville
» La faune haïtienne compte-t-elle des singes? You bet...
» Teinture naturelle
» Attention aux cameleons de la faune politique haitienne.
» IV. Faune d'Autremonde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Néo Gaïa :: Administration :: L'Encyclopedie des nouveaux jours :: Écosystème-
Sauter vers: